La frontière Grecque est notre frontière. Défendons nos valeurs communes !

Habituellement, quand je reviens de Grèce, je suis plein d'entrain pour vous faire saliver sur mes découvertes gourmandes : écorces de bergamote ou de mandarine confite, olives de Chalcidique à l'ail et au thym sauvage, pois cassés biologiques de la haute vallée du Feneos... cette année encore, il y avait de quoi en faire tout un article. Et puis, vous parler de la lumière d'hiver sur la Messenie, tellement douce qu'elle réussit à fleurir les prairies au cœur du froid de janvier. Le soleil ne se laisse pas intimider par les nuages, nombreux pourtant en cette saison, et les déchiquette de ses rayons, éparpillant d'éclatantes auréoles d'argent sur la sombre mer d'oliviers. Le bourdonnement des abeilles est partout, et vous donne cette sensation précieuse d'être vivant au milieu d'une terre vivante.

 

Et puis, à Athènes, la dureté des temps vous rattrape. Sous ses airs rassurants de métropole qui se cherche une nouvelle voie en pansant ses plaies (combien de nouveaux petits cafés indépendants ont ouvert à la place des magasins vides il y a encore quelques mois !), la ville bruisse d'inquiétude : "les frontières se ferment, on nous sort de Schengen, on nous laisse seuls face au flot ininterrompu de migrants" (3000 arrivées par jour en moyenne depuis novembre 2015, en plein hiver !!).

Les réfugiés continuent à affluer par familles entières, parfois même des enfants orphelins isolés et perdus,  fuyant un Moyen Orient à feu et à sang, et cherchent à se frayer un chemin vers un idéal nord-européen qui s'échappe de plus en plus : à la frontière Macédonienne, les conditions d'admission se durcissent jour après jour, même pour les Syriens, révélant une panique des autorités de ce pays après la décision de l'Autriche de réduire drastiquement et unilatéralement le nombre de réfugiés qu'elle accepte pour 2016.

Les pays Balkaniques se sont réunis à Vienne le 24 février, sans inviter la Grèce, pour coordonner leurs actions et décider de fermer leurs frontières aux réfugiés, excluant de facto mon pays de la zone Schengen. Des barbelés se montent à la va-vite, et les traités européens sont tout simplement bafoués, sans véritable réaction des autres pays membres, soulagés peut-être que d'autres se soient chargés du sale boulot.

Du coup, les migrants refoulés affluent par cars entiers à Athènes, où des Grecs solidaires se démènent pour qu'ils puissent se nourrir et s'abriter dans des conditions décentes. Combien de jours tiendront-ils, accablés qu'ils sont de leurs propres difficultés ?

Est-ce ainsi que va mourir l'Union Européenne ? Personne ne va hausser la voix pour défendre ce projet né des cendres de deux tueries mondiales mais avant tout Européennes ? Sommes-nous donc décidés à revenir aux Etats-Nations centrés sur leurs intérêts les plus étroits? MAIS QUI DONC A PRIS CETTE DÉCISION ?? JE NE SUIS PAS D'ACCORD !!

Les délicieuses recettes artisanales, les magnifiques cartes postales, le bleu profond de la Méditerranée, le blanc aveuglant de nos îles,  la Grèce en un mot, c'est aussi, et avant tout, NOTRE frontière, la frontière orientale de l'Union Européenne.

Ne laissons pas les chantres du repli identitaire, les illusionnistes de la frontière hermétique et protectrice, les rances idéologues de la xénophobie, monopoliser les temps de parole et manipuler une opinion publique qu'on nous dit encline à se laisser faire.

J'en appelle à tous ceux qui croient encore en une Europe pacifique aux valeurs humanistes, riche de ses multiples cultures et héritages historiques entrelacés, à ceux qui ont goûté à la liberté de traverser notre Continent sans contraintes, à ceux qui tout simplement savent que la solidarité est ce qui fait de nous des hommes qui n'ont pas peur. Je sais que nous sommes nombreux. REAGISSONS, EXPRIMONS-NOUS, SOYONS VISIBLES.

Je ne suis pas un as des réseaux sociaux et des mobilisations, mais s'il y en a parmi vous qui savent faire, c'est le moment ou jamais de déployer vos talents. DEFENDONS NOS VALEURS COMMUNES ! EXIGEONS UNE VERITABLE SOLIDARITE EUROPEENNE POUR LA RELOCALISATION EQUITABLEMENT PARTAGEE AU SEIN DE L'UE DE TOUTES CELLES ET CEUX QUI ONT BESOIN DE PROTECTION.

PS : Je vous joins quelques articles édifiants du Monde pour étayer mes propos.

http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2016/02/26/crise-des-migrants-l-europe-au-bord-de-la-panique_4872034_3214.html

http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2016/02/09/la-jeunesse-volee-des-refugies-mineurs_4862303_3214.html

http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2016/02/19/refugies-tsipras-bataille-pour-eviter-l-isolement_4868633_3214.html