MARCHE de Yannis Ritsos

Troisième semaine en confinement... besoin de marcher un peu. Voici la "Marche" du poète Yannis Ritsos, magnifiquement traduite par Michel Volkovitch, grand amoureux de la Grèce et de sa langue.
 
"MARCHE
Il a usé ses souliers nuit après nuit cheminant
sur les cailloux des étoiles - cheminant seul
pour l'amour des hommes. Il était fait, cet homme-là
pour le bonheur du monde. On l'a empêché. On lui a
pris
ce qu'il pouvait donner de plus : sa confiance
en ceux-là même qui le refusaient. A présent
il se promène, deux fois seul, sur la rive. Il regarde. Ne
récolte rien.
Des ombres de barques raient l'or du couchant,
dans le grand silence de la beauté délaissée.
Inachevé plein d'amertume, je reviendrai frapper à ta
porte."
 
Yannis Ristos - Correspondances
in 'Anthologie de la poésie grecque contemporaine' Michel Volkovitch - nrf - éd. Gallimard

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Quentric (mercredi, 01 avril 2020 13:36)

    Un combattant ailé , ce Yannis Ritsos
    Toujours en quête
    Beau poème en vérité !
    Je vous livre de mémoire un poème du chef de file des parnassiens : José Maria de Heredia
    Une ode à la Bretagne éternelle

    "Soleil couchant
    Les ajoncs éclatants , parure du granit
    Dorent l'âpre sommet que le couchant allume
    Au loin , brillante encore par sa barre d'écume
    La mer sans fin commence où la terre finit
    A mes pieds c'est la nuit , le silence
    Le nid se tait
    L'homme est rentré sous le chaume qui fume
    Seul l'angelus du soir , ébranlé dans la brume
    A la vaste rumeur de l'océan s'unit
    Alors comme du fond des abymes , des traînes
    Des landes , des ravins
    Montent des voix lointaines de pâtres attardés
    Ramenant le bétail
    L'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre
    Et le soleil mourant , sur un ciel riche et sombre
    Ferme les branches d'or de son rouge éventail"
    J M de Heredia

    Le grand silence de la beauté délaissée , l'or du couchant ! Ultimes refuges dans l'adversité
    Dans le registre pictural , dégageant plénitude et sérénité , "Les bergers d'Arcadie" de Poussin
    ou "L'angelus" de Millet...


  • #2

    Quentric (vendredi, 03 avril 2020 19:12)

    L'angelus de Jean François MILLET , peint entre 1857 et 1859